La grotte
En 1903/1904, le curé envoie en pélerinage à Lourdres une personne de la paroisse qui ne se déplaçait que difficilement et avec des béquilles et souffait de maux de ventre pour lesquels le médecin lui avait annoncé ne rien pouvoir faire.
L'histoire n'a retenu aucune information sur le séjour à Lourdes. C'est au cours du retour que se produisit ce qui devint le "miracle". Le pélerin quitta son compartiment pour aller voir ses compatriotes situés dans un autre wagon. Quelle ne fut pas la surprise de ceux-ci de voir arriver leur ami sans ses béquilles ! Le brave curé à son arrivée à Montchamp s'empressa de rendre compte à son doyen de ce "miracle" et sur ses conseils entreprit la construction d'une grotte dédiée à Notre Dame de Lourdes et à laquelle serait attaché un pélerinage consacré à la Vierge le 15 août. L'inauguration eut lieu le 28 septembre 1908.
Les païens et les mécréants noteront que ces évènements se situent à une période agitée pour l'Eglise et ou se cumulaient les effets de la séparation de l'Eglise et de l'Etat et une certaine désaffection pour la chrétienté.

A l'époque de la Révolution, la commune s'appelait Montchamp le Grand (elle venait alors de se séparer de Montchamp le Petit devenu St Charles de Percy pour satisfaire l'égo du châtelain du lieu, généreux donateur au Clergé). La commune comptait alors près de 950 habitants soit 56 au km2 contre aujourd'hui 550 soit 34 h/km2
Ainsi en est-il allé du monde rural dans notre pays !
C'est le paysage qui a payé le plus lourd tribu à la modernité. Le cadastre de l'époque napoléonienne comptait près de 4000 parcelles soit une moyenne de 1000m2/parcelle.Cette mosaïque était desservie par de nombreux chemins abrités par les haies des "fossés" qui ont presque totalement disparus, comme les milliers d'oiseaux qui y nichaient et se nourissaient de milliards d'insectes que l'on combat maintenant avec des produits nocifs pour l'homme... drôle de progrès n'est-ce pas !!!
Contrairement aux idées reçues, nos ancêtres cultivaient, sur ces parcelles, toute sorte de céréales pour leur alimentaion et celle des animaux : le sarrasin et le seigle desquelles on tirait de la bouillie et des galettes pour se nourrir, la paille servant à la couverture des bâtiments, l'avoine était cultivée pour les chevaux et les ânes, un peu d'orge et surtout du froment parfois échangé avec le boulanger contre le pain.
C'est l'arrivée du train à Vire qui bouleversa les habitudes et entraîna l'intensification de la production laitière. Montchamp fut, jusqu'aux années 40 le plus important marché au beurre de l'arrondissement avant que l'industrie
laitière ne prenne le relais.
De cette période ou les commerçants et artisans divers étaient plusieurs dizaines, il ne subsite qu'un garagiste, un boulanger, une épicerie, un café tabac et un coiffeur.

Montchamp, Communauté de communes de Vassy.
Département du Calvados, Région Normandie.
Des premiers écrits de 1202, on retient les noms de Sanctus Martinus de Monchans puis dix ans plus tard de Ecclesia de Mollibus Campis qui serviront plus tard à l'église dédiée à
St Martin et à dénommer les habitants : les mollycampiens.
Le territoire de la commune est de 1620 ha et compte, outre le bourg, 24 hameaux de tailles très diverses dont le plus éloigné est à 4 km de la Mairie. Il est traversé par la rivière Souleuvre qui reçoit les ruisseaux : de Montchamp, des Fieffes, de la Triboudière et de la Grincelle.

Autre lieu de visite dans la commune
pour les adultes et les enfants

Les chèvres de Jean Luc Martin
sur RDV, visite de la chèvrerie, fabrication et vente de délicieux fromages de chèvres de nombreuses fois primés.
www.chevrerie-martin.com

Liens
Rosiers
Photos jardin
Historique
Accueil

Le Jardin de Jumaju

Les roses anciennes des Fieffes

Le Monument de la Résistance
Notre région ne fit pas exception en France, nous eûmes nos patriotes, nos collabos, nos trafiquants de toute sorte et à partir de 1943 des résistants venant du refus du STO puis des résistants qui s'organisèrent.
Notre village payat un lourd tribu à cette guerre et c'est la raison pour laquelle le monument réalisé à la mémoire des patriotes de l'arrondissement de Vire tués au cours de cette guerre fut érigé à Montchamp.
En 1940, les gens sont d'abord ébahis par la rapidité et l'ampleur de la défaite de nos armées puis satisfaits par l'arrivée du vainqueur de Verdun.
La vie s'organise alors sous la férule des envahisseurs que certains serviront par faiblesse souvent, par intérêt parfois et le pire, pour quelques uns par passion.
A partir de 1942, les convocations au STO vont entraîner les premières désertions. Sur 8 jeunes de la commune convoqués, sept désertent et sont camouflés et ravitaillés dans les fermes éloignées. L'importance des zones boisées du secteur (seul le cadastre se souvient du "bois de Montchamp" qui a disparu) favorisera les dissimulations et la circulation.
Progressivement deux groupes vont se constituer, l'un composé des plus jeunes dont nos réfractaires du STO et qui fera preuve de peu de prudence et de discrétion parfois, et un autre constitué de "notables" plus sages et plus prudents.
C'est un parachutage du 28 avril 1944 qui mettra le feu aux poudres. Deux parachutes aux corolles rouges ont été "perdus"
et sont le lendemain matin à la vue de tous dans les herbages des Fieffes. La dénonciation est immédiate par un collabo et la police allemande va se déchaîner avec l'aide des sbires habituels du secteur et de Caen. Policiers allemands, collabos, gestapistes, tout ce petit monde était excité par la tournure que prenaient les évènements. Les tortures seront utilisées sur les douze malheureux habitants arrêtés qui seront conduits à la prison de Caen ou ils seront mitraillés parmi les 87 prisonniers encore présents le 6 juin et leurs corps emmenés dans des camions et jamais retrouvés.

Manger et dormir à Montchamp
---un restaurant à la cuisine simple et de qualité qui fait le plein toute la semaine avec les ouvriers et commerciaux en déplacement dans le secteur:
Le St Hubert
Subsiste également dans le bourg une épicerie et un dépôt de pain
Pour se reposer:
---en Gîte Rural:
Jacky et Anne-Marie Fabien
L'Oblinière
Montchamp Tél. 02/31/68/60/39